Reacteur a calcaire

Aller en bas

default Reacteur a calcaire

Message par mattou le Mar 28 Avr - 22:19

LE REACTEUR A CALCAIRE


Le réacteur à calcaire est un outil indispensable au développement des coraux durs dans l’aquarium récifal, notamment pour les bacs de plus de 400l qui commencent à être bien chargés en population corallienne.
Il permet de dissoudre le granulat calcaire qu’il contient grâce à l’apport de co2 et du mélange avec l’eau du bac, ce qui rends le calcaire sous forme assimilable à la disposition des coraux qui le synthétise pour élaborer leur squelette.
L’utilisation de cet appareil est surtout motivée par une question économique, son utilisation est en effet très peu onéreuse, une fois que le matériel de base est acquit.
L’autre fonction qui n’en est pas moins importante c’est qu’avec cet appareil on maîtrise le KH (la dureté carbonatée ) du bac qu’il est important de maintenir entre 6 et 10 pour assurer une bonne croissance des colonies coralliennes.
LE FONCTIONNEMENT



Comme dis un peu plus haut, le but est de dissoudre un substrat qui se trouve à l’intérieur du réacteur. Pour cela il faut procéder de la manière suivante :

1- Brancher le rac à une arrivée d’eau du bac:
Pour cela deux possibilités, soit une pompe dédiée, soit une dérivation depuis une des pompes de remontée, cette dernière solution étant de loin préférable car elle évite une pompe supplémentaire avec les désagréments que cela peut entrainer ( comme panne ou consommation électrique)
Il est impératif que le réglage du débit du rac se fasse dans cette partie et donc de ne pas mettre le réacteur en pression en mettant le robinet en sortie, débit qui est une partie importante du réglage du RAC.
Pour se faire, on place en amont du rac un robinet style gardena qui évidemment sera exempt de partie en acier, ou, ce qui me semble beaucoup plus judicieux une pince de Mohr qui a le gros avantage de ne pas se boucher. Il faut effectuer le contrôle du débit, donc en sortie de rac.

2- Brancher le tuyau de co2 de la bouteille au réacteur en passant par l’électrovanne.
Il est impératif d’utiliser un tuyau spécifique pour éviter certains tuyaux non dédiés qui seraient poreux, il ne faut pas oublier que le co2 est un gaz dangereux s’il se trouve en grande quantité dans un local mal ventilé, et le risque également présent est le fait d’acidifier le bac au delà de ce qu’il peux supporter et de provoquer la mort des coraux.
La bouteille de co2 devra être conforme. En effet si vous achetez un bouteille d’occasion il sera impératif qu’elle soit « éprouvée » ce qui veux dire qu’elle pourra supporter de nouveaux remplissages. L’action d’être éprouvée ne peut être mise en œuvre que par l’organisme qui est chargé du remplissage, c’est une certification valable 10 ans et qui est notée sur la bouteille. Le remplissage d’une bouteille de 10 kg est d’environ une trentaine d’euros. Il existe aussi des bouteilles non dédiée au co2, comme d’anciens extincteurs, solution économique mais dont le remplissage peut s’avérer plus problématique.

L’autre solution consiste à « louer » à l’aide d’un contrat annuel votre bouteille, dans ce cas là vous amenez votre bouteille vide et repartez avec une récipient plein, l’avantage est de ne pas avoir d’éprouvage à effectuer mais le prix de revient est plus élevé.
Sur cette bouteille de co2 il faut brancher un détendeur qui permettra de réduire la pression de la bouteille à environ 1 bar pour qu’elle soit exploitable par l’aquariophile, et les vis de réglage permettront un réglage fin du débit de gaz.

Une première solution «  facile «  consiste à brancher directement le tuyau de co2 sur le compte bulle du réacteur et de régler le débit de co2 avec les molettes du détendeur et de manière empirique régler son réacteur en comptant les bulles/secondes.

La deuxième solution consiste à intercaler entre le détendeur et le compte bulle une électrovanne. Comme son nom l’indique c’est une vanne électrique commandée par un contrôleur ( que l’on verra plus tard ) qui permets de stopper l’injection de co2 lorsque le ph intérieur du rac deviens trop bas.

Le contrôleur ph, comme son nom l’indique est l’outil indispensable pour réguler l’injection de co2 à l’intérieur du réacteur. Pour mesurer le ph intérieur il existe une ouverture sur le dessus du rac dans laquelle viens s’insérer  une sonde en verre, qu’il est nécessaire de calibrer avant la mise en route et très régulièrement par la suite pour que les informations données soient fiables.

Une fois le calibrage effectué il faut entrer une consigne dans le ph mètre qui permettra d’arrêter l’injection de co2 à un ph donné que vous aurez adapté au taux de dissolution du substrat que vous utilisez et du taux de kh et de ca dont vous avez besoin. Par exemple la consigne sur mon contrôleur est à 6,20, donc le taux d’injection de co2 s’arrête lorsqu’il arrive à cette consigne, qui est à quelque chose prêt les recommandations prescrites par le fabricant du substrat que j’utilise.

La dernière configuration, que l’on va qualifier d’optimale, consiste à mettre un autre contrôleur ph avec une prise commandée sur laquelle le ph mètre du bac sera branché et dont la sonde sera cette fois ci dédiée à la mesure du ph du bac et on y programmera un consigne à 7,90 par exemple, ce qui évitera que le ph du bac descende en dessous de cette valeur qui est préjudiciable à la bonne santé des coraux.


LES REGLAGES



Les différents réglages du rac se feront par palier pour arriver à la valeur idéale pour son bac, et pour cela il y a donc deux réglages à faire qui auront chacun une incidence, l’un sur le kh ( réglage de la consigne) et l’autre sur le taux de ca (réglage du débit), même si on peut considérer une interaction forte entre les deux paramètres.

1 Réglage du débit
Il se fait grâce au robinet ou à la pince de Mohr à l’entrée du rac. L’idéal est de partir sur un débit de 10 l/h (exemple pour un bac de 600l) et un réglage de ph à une valeur haute de consigne.

2 Réglage de la consigne :
Comme dis plus haut, il faut commencer par régler la consigne sur une base haute et ensuite ajuster pour arriver à un taux optimal de ca et un kh dans la norme.
Ensuite il faut jouer sur ces deux paramètres pour augmenter ou faire baisser l’un des deux paramètres.
Pour faire monter le kh il faudra baisser la consigne, et pour augmenter le taux de calcium, il suffira d’augmenter le débit de sortie d’eau.
Pour tous ces réglages il est évident que seules des mesures idéalement journalières des deux paramètres permettront un réglage précis et fin, ensuite il suffira d’ajuster au fur et à mesure de la population corallienne du bac.

Les exemples ci dessous vont vous permettre de mieux appréhender le fonctionnement du rac.

Premier exemple :

Réglage du débit 10l/h  et une consigne ph a 7. (attention pour obtenir cette valeur le nombre de bulles de co2 dans le compte bulle ne doit pas excéder 2 bulles par seconde)
Mesures constatées 48 h plus tard :
360 de calcium
11 de kH

On vois donc que le taux de calcium est trop bas et le kh un peu haut, donc :

Il faut augmenter le débit de sortie d’eau pour augmenter le taux de ca, mais par le système des vases communicants le kh lui aussi baissera.
On note bien qu’il y à corrélation entre le fait de jouer sur une valeur et on constate bien qu’il y à action sur la seconde.

Deuxième exemple :

Réglage du débit 10l/h  et une consigne ph a 7. (attention pour obtenir cette valeur le nombre de bulles de co2 dans le compte bulle ne doit pas excéder 2 bulles par seconde)
Mesures constatées 48 h plus tard :
490 de calcium
5 de kH

Il faut donc fermer un peu le robinet pour faire baisser le taux de calcium et ainsi faire remonter le taux de kh.

Si en baissant le débit on arrive à un taux de ca correct mais que le kh est toujours assez bas, il suffit de baisser la consigne ph et le kh augmentera.


LES DIFFERENTS SUBSTRATS




Les différents substrats sont des carbonates de calcium d’une granulométrie différentes d’une marque à l’autre et avec des adjuvants qui varient mais tous sous forme cristalline CACO3 ( solide).
L’adjonction de co2 dissout le granulat et le rends assimilables par les coraux.

L’ARM :
Aragonite réactor média, comme son nom l’indique est un substrat à base d’aragonite de granulométrie moyenne dont le point de dissolution optimum est obtenu aux alentours de 7,5.Il est de loin le substrat le plus utilisé.

LA CALCITE :
Autre substrat moins usité, aussi nommé marbre blanc, ph de dissolution 6,5.

CORALITH :
Des morceaux de squelette de coraux morts, l’avantage évident est leur apport quasi parfait en besoin des coraux puisque étant issu de leurs cadavres mais souvent d’assez grosse dimension privilégiant des passages préférentiels du co2 ayant un négatif sur le rendement du RAC

LES FLUIDISES :
Particules fines dédiées aux réacteur à lit fluidisé ( à bien rincer avant utilisation). Ph de dissolution préconisé 6,3. Le gros avantage du réacteur à lit fluidisé c’est que le substrat est toujours en mouvement avec donc une utilisation optimale du ca.
Suivant les produits proposés plusieurs compositions permettent de palier à une palette importante des besoins de nos bacs.

Notamment ceux avec le magnésium intégré, difficilement remplaçable par autre chose dans un rac classique, des essais avec notamment de la coquille d’huitre montrent des limites notamment du fait que le ph de dissolution du substrat présent dans le réacteur et des coquilles d’huitres est différent, donc difficile de mise en œuvre.


EN CONCLUSION :



Le Rac est l’outil idéal pour assurer une bonne croissance et une bonne santé des coraux de nos bacs, c’est un outil parfois un peu difficile à appréhender mais qui, quand on en à compris le fonctionnement, s’avère finalement assez facile d’emploi.
avatar
mattou
Admin
Admin

Masculin Nombre de messages : 354
Age : 37
Localisation : gironde
Emploi/loisirs : ambulancier
Humeur : tout va bien
Date d'inscription : 25/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum